TOUT CABU par Jacques Lamalle

TOUT CABU

Titre de livre: TOUT CABU

Éditeur: Les Arènes

ISBN: 2352041236

Auteur: Jacques Lamalle


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: TOUT CABU.pdf - 36,333 KB/Sec

Mirror [#1]: TOUT CABU.pdf - 20,963 KB/Sec

Mirror [#2]: TOUT CABU.pdf - 27,989 KB/Sec

Jacques Lamalle avec TOUT CABU

Il suffit d'entendre le rire de Cabu pour comprendre le bonhomme. Il aime les journaux marrants : Pilote, Hara-Kiri, Charlie Hebdo, Le Canard enchaîné... Il a fait l'enfant à Récré A 2. Depuis, il n'a pas pris une ride. Cabu sait tout faire et d'abord dessiner comme il respire, au journal, chez lui, à la terrasse des cafés et même dans le noir ou de dos, lorsqu'il faut saisir un personnage à son insu. En cinquante ans, il a crée des types , des personnages de commedia dell'arte à la française : le grand Duduche, Mon beauf, Catherine, l'adjudant Kronenbourg. Il est ravageur avec les grands (façon de parler), de l'abbé Pierre à Mitterrand ou Sarkozy. Il est cruel avec les boursouflés, façon Tapie, BHL ou Hallyday. Il n'aime pas les hypermarchés. Il se moque des nudistes. Mais Cabu est tendre avec les jazzmen, les bouchers, les cyclistes, Tati, les amoureux, les rues de Paris et les timides. Prolifique comme Balzac (plus d'une centaine d'albums, trente mille dessins), Cabu est nettement plus drôle. Sous des dehors enfantins, cet écolo rêveur cache un coeur guerrier : Il faut venger le lecteur ! Voici le Grand Cabu Circus et sa parade en 1000 dessins, réunis sous la seule banderole que cet anar tolère encore : A bas les con ! .

Livres connexes

Il suffit d'entendre le rire de Cabu pour comprendre le bonhomme. Il aime les journaux marrants : Pilote, Hara-Kiri, Charlie Hebdo, Le Canard enchaîné... Il a fait l'enfant à Récré A 2. Depuis, il n'a pas pris une ride. Cabu sait tout faire et d'abord dessiner comme il respire, au journal, chez lui, à la terrasse des cafés et même dans le noir ou de dos, lorsqu'il faut saisir un personnage à son insu. En cinquante ans, il a crée des types , des personnages de commedia dell'arte à la française : le grand Duduche, Mon beauf, Catherine, l'adjudant Kronenbourg. Il est ravageur avec les grands (façon de parler), de l'abbé Pierre à Mitterrand ou Sarkozy. Il est cruel avec les boursouflés, façon Tapie, BHL ou Hallyday. Il n'aime pas les hypermarchés. Il se moque des nudistes. Mais Cabu est tendre avec les jazzmen, les bouchers, les cyclistes, Tati, les amoureux, les rues de Paris et les timides. Prolifique comme Balzac (plus d'une centaine d'albums, trente mille dessins), Cabu est nettement plus drôle. Sous des dehors enfantins, cet écolo rêveur cache un coeur guerrier : Il faut venger le lecteur ! Voici le Grand Cabu Circus et sa parade en 1000 dessins, réunis sous la seule banderole que cet anar tolère encore : A bas les con ! .Il suffit d'entendre le rire de Cabu pour comprendre le bonhomme. Il aime les journaux marrants : Pilote, Hara-Kiri, Charlie Hebdo, Le Canard enchaîné... Il a fait l'enfant à Récré A 2. Depuis, il n'a pas pris une ride. Cabu sait tout faire et d'abord dessiner comme il respire, au journal, chez lui, à la terrasse des cafés et même dans le noir ou de dos, lorsqu'il faut saisir un personnage à son insu. En cinquante ans, il a crée des types , des personnages de commedia dell'arte à la française : le grand Duduche, Mon beauf, Catherine, l'adjudant Kronenbourg. Il est ravageur avec les grands (façon de parler), de l'abbé Pierre à Mitterrand ou Sarkozy. Il est cruel avec les boursouflés, façon Tapie, BHL ou Hallyday. Il n'aime pas les hypermarchés. Il se moque des nudistes. Mais Cabu est tendre avec les jazzmen, les bouchers, les cyclistes, Tati, les amoureux, les rues de Paris et les timides. Prolifique comme Balzac (plus d'une centaine d'albums, trente mille dessins), Cabu est nettement plus drôle. Sous des dehors enfantins, cet écolo rêveur cache un coeur guerrier : Il faut venger le lecteur ! Voici le Grand Cabu Circus et sa parade en 1000 dessins, réunis sous la seule banderole que cet anar tolère encore : A bas les con ! .